CFP: Balzac and England (Maison Française d’Oxford)

Balzac and England / Balzac et l’Angleterre, Maison Française d’Oxford

12th – 14th April 2018

Balzac’s is one of the world’s greatest authors. One of the main realms of his influence is Britain, in and through English, and the Anglophone world. This, the first ever conference on Balzac and ‘England’, organized at the Maison Française d’Oxford by the University of Oxford, the University of Birmingham and the Groupe d’Etudes balzaciennes, explores the nature of his engagement with Britain, but also of Britain, and of the world’s engagement with Balzac. Papers may cover, but are not limited to, a number of key themes: 1) The presence and influences of British thought and writers in and on Balzac: philosophy, politics, economics, law; Shakespeare, Milton, Sterne, Locke, Scott, Otway, Richardson, Byron, Adam Smith; 2) Britain and the British in and through La Comédie humaine and Balzac’s wider work: British characters, landscapes, politics, economy, mores; 3) British responses to Balzac in his own age: Dickens, Thackeray, Eliot, Wilde, James; Permissiveness and Censorship; Nationalism and Morality; nineteenth-century reception and criticism of Balzac; translation, press, publishing and pedagogy; school and university editions). 4) The responses of posterity: Balzac criticism and creation in Britain; novelistic and non-novelistic and non-literary (artistic, musical, poetic, political) responses; theatre, film, TV, radio and Internet adaptation; Balzac criticism and theory; school and university syllabuses and teaching; press, publishing and translation; individual and series publications. 5) État présent and future perspectives: the Anglo-American critical tradition; English translation as a vector for world-wide appreciation, criticism and theory. In asking in relation to this greatest and most penetrating of novelists the trans-linguistic, trans-cultural question of what, precisely, yet diversely, Angleterre and ‘England’ might designate, the conference raises fundamental questions about identity, literary conception and nationality which led the nineteenth century, and may still yet shape the twenty-first.

Proposals for individual papers or panels (250 words maximum) should be sent as an e-mail attachment in Word, in English or French, to the conference organisers (Tim Farrant, University of Oxford; Owen Heathcote, University of Bradford; Michel Lichtlé, Université Paris IV Sorbonne; Nathalie Preiss, Université de Reims Champagne-Ardenne; and Andrew Watts, University of Birmingham) at balzacangleterre@gmail.com. The deadline for proposals is 10th November 2017.

Balzac et l’Angleterre, Maison Française d’Oxford

12 –14 avril 2018

La réputation de Balzac n’est bien sûr plus à faire. Si son influence mondiale est énorme, l’un de ses domaines majeurs est la Grande-Bretagne, par la présence des versions originales de ses œuvres, et par le biais de la traduction de ses œuvres en Anglais et leur dissémination à travers le monde anglophone. Le Groupe d’Etudes Balzaciennes propose maintenant en collaboration avec les Universités d’Oxford et de Birmingham le tout premier colloque sur « Balzac et l’Angleterre ». En réunissant des spécialistes français, britanniques, américains et mondiaux il se donne pour objet de considérer la nature de l’engagement de Balzac avec l’Angleterre, mais aussi de réfléchir sur l’identité de l’« Angleterre » et sur la nature des interférences entre l’Angleterre, la littérature anglophone et Balzac. Les communications pourront traiter, entre autres, les thèmes suivants : 1) Présence(s) et influence(s) sur Balzac de la pensée, de l’imaginaire (philosophique, politique, juridique, économique – voir A. Smith) et des écrivains britanniques (entre autres Shakespeare, Milton, Locke, Otway, Sterne, Richardson, Byron, Scott); 2) La Grande-Bretagne, l’Angleterre et les Anglais dans La Comédie humaine et les autres œuvres de Balzac (personnages, paysages, mœurs, langages) ; 3) réception britannique ou quasi britannique contemporaine de Balzac (Dickens, Thackeray, Eliot, Wilde, James, Wharton…) ; permissivité et censure ; nationalisme et moralité ; réception et critique de Balzac au dix-neuvième siècle : traduction, presse, édition et pédagogie ; éditions scolaires et universitaires ; 4) Réponses et réception de la postérité : critique et création balzacienne en Angleterre ; réactions romanesques, littéraires et autres (artistiques, musicales, poétiques, politiques, Internet ; adaptations théâtrales, cinématographiques, télévisuelles, radiophoniques, nouveaux médias ; Balzac, critique et théorie ; cursus et programmes scolaires et universitaires ; presse, édition et traduction ; éditions individuelles et en série ; état présent et perspectives futures : la tradition critique anglo-américaine ; traductions anglaises comme vecteur de réception et d’appréciation, de la critique et de la théorie mondiale. En posant, à propos de ce romancier entre tous le plus grand et le plus pénétrant, la question translinguistique et transculturelle de savoir à quoi précisément pouvaient, peuvent et pourront renvoyer les termes « Angleterre », « England » et « Grande-Bretagne », il soulèvera des questions fondamentales sur l’identité, la conception et la création littéraire et sur la nationalité, questions qui ont conduit le dix-neuvième siècle et pourraient encore façonner la nôtre.

Les propositions (250 mots maximum) pour des interventions individuelles ou des séances entières sont à adresser par courriel, en anglais ou en français, au comité d’organisation (Tim Farrant, University of Oxford; Owen Heathcote, University of Bradford; Michel Lichtlé, Université Paris IV Sorbonne; Nathalie Preiss, Université de Reims Champagne-Ardenne; and Andrew Watts, University of Birmingham) avant le 10 novembre 2017 à l’adresse suivante : balzacangleterre@gmail.com.